Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2016

Pâques

lapinPaques.jpg

Vous allez dire: il lui en faut peu pour être heureuse. En fait oui c'est vrai. 

Car...

Ma semaine est illuminée par la perspective d'un week-end de trois jours, et donc d'une semaine prochaine où on zappe le lundi.

En plus ça y est l'heure d'été revient!

Et ouf, rien à faire ces trois jours, sauf m'occuper de ce dont j'ai rarement le temps de m'occuper: lectures, musique (à écrire).

Avec Chéri-Chéri on s'est dit qu'on allait en profiter pour se faire une cure de trois jours de jus de fruits et légumes avec notre nouvel extracteur.

Hé non, pas de chocolat, beurk, pas bon, brûlures d'estomac (pour moi, parce que Chéri-Chéri a un estomac d'autruche).

On a trouvé un producteur-vendeur de légumes bios et un vendeur de fruits bios pas trop chers près de chez nous, alors yahou! Extractons de bon coeur!

extracteur2.jpg

Joyeuses Pâques à tous! 

Et pitié, laissez tranquilles les agneaux, il existe tellement de bonnes choses à manger qu'on n'a pas besoin de tuer.

18/02/2016

Bonheur du jour

"On" nous oblige à aller dans les écoles primaires et maternelles entre midi et 2 (pardon: dans l'heure méridienne) pour proposer un parcours "musique" dans les activités péri-scolaires organisées par la mairie.

Le deal avec l'employeur pour l'année scolaire: un débutant de moins à chaque prof contre 1 parcours de 6 semaines dans chacune des 4 écoles. Correct, on va dire. 

pascal3.jpgNotre proposition: 2 musiciens par intervention X 5 pour présenter nos instruments autour d'une musique commune avec participation des enfants en chant ou en percussions (12 enfants qui suivent le parcours en entier) et la 6ème séance tous ensemble, musiciens et enfants, devant les copains et copines de l'école.

Si tu comptes bien, en regard aux 20mn de cours par semaine dealées, on n'y perd pas trop, hein. Même avec les réunions de préparation et répétitions, déplacements et tout. Sauf moi qui en tant que Directrice de l'école et donc porteuse et garante du projet assiste à toutes les séances, mais personne ne m'y oblige.

Alors aujourd'hui, c'était la séance tutti en maternelle. 10 profs, 10 instruments, 12 petits chanteurs, Une Souris Verte en boucle et en sol majeur et vas-y la trompette, vas-y la guitare et ça qu'est-ce que c'est ouiiiii une harpe, non pas un violoncelle le violoncelle c'est le gros là-bas, ça c'est le violon, et une flûte traversière qui se tient comment? de travers, exactement, saxo, clarinette et j'en passe. Devant apparemment toute l'école, peut-être 60 petits de 3 à 5 ans.

Après épuisement des ressources, la Souris Verte définitivement transformée en escargot tout chaud et l'ambiance chauffée à point, nous leur avons joué une Danse Hongroise de Brahms.

Et là... le délire! Les changements de tempo les faisaient éclater de rire, les parties rapides battre des mains, les parties lentes crier de joie, j'ai jamais vu un public aussi participatif et joyeux. Bon, il faut dire que nous n'étions pas spécialement figés non plus, à jouer debout en dansant.

Eh bien ça c'est de l'or dans nos vies, du miel sur nos combats professionnels plus ou moins perdus, de la confiture de framboise sur nos doutes pédagogiques, de la crème de Speculoos sur le manque de (re)connaissance de notre métier, du sirop d'érable sur la dégénérescence de la culture.

 

 

24/01/2016

Me revoilà

Je ne sais pas s'il me reste des lecteurs ou des lectrices, mais me revoilà.

Finalement ça me manque quand je ne prends pas le temps d'écrire un peu ici!

Il m'arrive à nouveau d'écrire des billets dans ma tête.

Oui, je crois que me revoilà.

Alors à bientôt?

Tiens, je commence par vous souhaiter une année 2016 plutôt chouette (soyons réalistement modeste) ou en fait plutôt singe:

BONNE ANNÉE DU SINGE!

singe.jpg

25/07/2015

Juillet

La roue tourne, à une vitesse effrayante. Le mois de juin fut un terrible maelström (pourquoi ai-je envie de mettre des trémas partout et de barrer le o de ce joli mot qui m'évoque une nouvelle extraordinaire de Poe?)

Suivi en juillet du mini-maelström qu'est mon petit-fils, 15 jours d'occupation chouette mais intense!

Je devrais acteullement être en Suisse en stage de choeur mais je suis restée à la maison, coincée par le boulot mais finalement pas mécontente parce que... enfin au calme! Enfin retrouver un peu de temps pour moi, un peu de temps pour le travail mais tranquillement, un peu de temps pour la musique, un peu de temps pour la piscine, un peu de temps pour les tris de placards, un peu de temps pour les tris de papiers (ah? Ça j'ai pas encore commencé...), ce qui fait que je pourrai partir en vacances avec Chéri-Chéri LA TÊTE REPOSÉE et en profiter pour de vrai.

Bon, je reviendrai illustrer cette note quand Hautetfort voudra bien m'autoriser à insérer des images, ce qui n'est pas le cas actuellement. 

À bientôt!

20/05/2015

En Mai je ne fais pas ce qu'il me paît.

J'étais allée à Strasbourg pendant les vacances pour vider l'appart de mes parents et les visiter dans leur maison médicalisée; j'y suis retournée 10 jours plus tard: le voyage sur terre était fini pour Mimie, elle est partie dans son sommeil qui était devenu permanent.

7 jours dans une Alsace inondée de lumière, de soleil, de printemps, de chaleur.

Elle est morte dans la nuit du lundi au mardi, il a fallu attendre le mardi suivant pour la cérémonie religieuse et la crémation parce que jeudi c'était trop tôt, vendredi c'était férié, samedi on marie, dimanche c'est les messes et le lundi on n'enterre pas à Schiltigheim, donc hop, mardi.

Une semaine longuette donc, mais nous avons été plus que bien reçus Chéri-Chéri et moi chez ma soeur et son Barbouchet, rejoints par Fiston et son PetitFiston, bien occupés entre les visites à mon père et les rangements qui continuaient dans l'appart à rendre à la fin du mois.

veuf

veuf.jpg

Puis le lundi j'ai pu voir "le corps" dans son cercueil. Tout petit le cercueil, avec dedans oui c'était bien elle mais déjà qu'elle ne se ressemblait plus depuis quelques mois, là avec son visage trafiqué: le front rose, les joues gonflées et blanches... ce n'était pas vraiment elle. Sa vie n'y était pas, elle non plus. Je lui ai quand même dit au revoir, mais je sentais bien que son vrai elle, son essence, ou quintessence, ou que sais-je, se baladait ailleurs, pas loin.

Les 2 cousines étaient en pleurs, on n'est pas restés bien longtemps. Elles sont parties se consoler avec du thé et des sushis, voir ICI.

Et le mardi enfin, la messe d'enterrement dans une église claire et moderne. Le curé avait un physique de rugbyman et une voix de stentor, pas besoin de micro. Il y avait plein de cousins-cousines / tantes-oncles et amis-amies qui avaient fait le déplacement, il y avait mon frère qui venait de repartir à Tokyo, revenu presque dans la foulée (et reparti le lendemain), pas mal jetlagué quand-même! Il y avait même ex-Chéri et sa présence chaleureuse.

La chorale paroissiale était assez, euh... bon, elle était là pour aider à dire et chanter les réponses que la famille ne connaissait pas vraiment, c'était sympa. Et après bien des incertitudes, le curé a pu faire passer le CD que Mimie avait toujours dit vouloir à son enterrement: des extraits d'un Requiem de Fauré enregistré en 1980 par la chorale de copains dont je faisais partie, + entre autres ma Maman à l'orgue, mon Papa et ex-Chéri à l'alto, ma soeur au violoncelle...

Il y a eu l'intermède rocambolesque pause-pipi de mon Papa: il a fallu lui faire grimper les 3 marches vers la sacristie dans son fauteuil roulant! Heureusement il y avait des costauds dévoués dans la salle... Le curé a pu continuer tranquillement sa petite vaisselle sur l'autel.

L'organiste local n'était pas trop en forme, j'ai craint un instant que ma Maman se retourne dans son cercueil en criant "Fa#! Rejoue 5 fois ce passage sans te tromper!" (elle était prof de piano!)

Pour le dernier extrait de Fauré le sacristain s'est emmêlé les boutons du lecteur et a passé la plage d'après: une sonate de Beethoven toute guillerette interprétée par ma Maman, c'était comme un petit miracle que d'entendre ces notes de piano toute légères et rapides s'envoler dans cette église au-dessus de son cercueil, l'air de faire la nique à la mort: "même pas triste, na-na-nère!"

Des roues, grandes pour l'un, petites pour l'autre...

messe.jpg

Ensuite nous avons reçu tout ce monde dans l'appart pas encore rendu, c'était gai, chaleureux, mon Papa un peu sonné mais bien présent, les 3 cousines (voir aussi ICI) se sont consolées aux chips et au saucisson.

C'est 2-3 jours plus tard que je me suis sentie habitée par ma Maman. Elle n'était plus ce pauvre corps échoué au fond de son lit, mais son vrai Elle, plus ou moins jeune, ou même sans apparence physique, qui me remplissait d'énergie. Je me suis dit que sa mission sur terre était finie et qu'elle avait enfin pu retrouver sa véritable stature, une stature infiniment plus grandiose que cette personnalité endossée durant 95 ans, sacrifiée pour que des enfants deviennent des adultes plus grands qu'elle: mes frères, ma soeur et moi; et aussi, dévouée à son mari adoré, à ses proches, à ses élèves, à ses collègues musiciens.

Alors oui Mimie, bravo pour cette vie, merci, merci, merci, et au revoir!